Après Covid-19 : est-ce le moment d'acheter plus grand et ailleurs ?

C’est le moment d’acheter. Cette phrase, vous avez le sentiment de l’avoir déjà entendue ? Avec un contexte de taux de crédits immobiliers bas depuis plusieurs années, le « moment » pour acheter semble idéal. Mais avec la crise sanitaire inédite et les mesures de confinement prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, il est important de se reposer la question. Est-ce toujours le moment d’acheter ? Lorsque l’on est déjà propriétaire, est-il possible de vendre pour acheter plus grand et/ou ailleurs ? Voici nos recommandations.

Des opportunités à saisir avec « l’après Coronavirus »

On a coutume de le lire dans tous les livres de conseil en investissement ou de l’entendre dans la bouche des spécialistes : la pierre est un investissement refuge. Alors, en cas de crise, ce patrimoine est censé mieux résister que d’autres placements plus volatils. Mais avec un choc à la fois sanitaire, économique et financier, comment va se comporter l’immobilier ?

Après un gel des transactions, nul ne sait ce qu’il va advenir des prix. L’année 2020 va marquer une baisse du volume des ventes logique, mais l’évolution des prix va dépendre de plusieurs facteurs. Tout d’abord, c’est la durée du confinement (et les règles variables selon les régions) qui vont relancer progressivement la machine. Ensuite, c’est l’attitude des acheteurs et des vendeurs qui va en grande partie dicter la rencontre de l’offre et de la demande, et donc la fixation des niveaux de prix.

Il faut s’attendre à voir certains propriétaires en difficulté ne plus pouvoir conserver un bien et le mettre sur le marché par besoin de liquidités. Il faut aussi ne pas négliger les envies de certains ménages de changer d’air, en passant par exemple d’une grande métropole à la campagne. Enfin, c’est également la vie de nombreux couples qui peut évoluer. Avec la période de confinement inédite que nous venons de vivre, certaines unions vont peut-être se défaire, mais d’autres ménages vont au contraire se former… en résumé, l’immobilier va continuer à être rythmé par la vie de chacun et de chacune.

De réelles opportunités seront à saisir avec la relance qui va intervenir, après la pause forcée liée au confinement. Miser sur une baisse des prix est possible. Mais cela reste un coup de poker, car les facteurs qui peuvent initier cette baisse sont nombreux.

acheter ailleurs covid-19.jpg

Vendre pour racheter maintenant, avant une baisse de prix ?

Si vous souhaitez vendre, vous espérez logiquement des conditions de marché qui vous permettent de récupérer une somme importante. Si vous souhaitez acheter, vous espérez au contraire un marché avec des prix bas… Mais, dans le cas d’une vente pour acheter dans la foulée (si vous êtes déjà propriétaire), il vous faut trouver le bon équilibre. Ce point de bascule est peut-être atteint aujourd’hui.

Selon une étude menée par Paris Corporate Housing , agence immobilière possédant une activité de conseil aux investisseurs, les prix de l’immobilier à Paris pourraient baisser de 10 à 20 % en moyenne dès 2021 avec une forte disparité selon les quartiers et les types de biens. Selon ces spécialistes, le refus d’octroi de crédit (notamment du fait du resserrement observé depuis fin 2019 avec les recommandations du HCSF) ainsi que la compréhension par le grand public d’un marasme économique sans précédent sont les deux facteurs déclencheurs possibles.

Il peut ainsi être judicieux de profiter du « plateau » attendu en 2020, avant que les mauvaises nouvelles économiques ne s’intègrent au prix de marché. Surtout, si vous avez la possibilité de récupérer une plus-value substantielle, c’est le moment d’agir !

En parallèle, faut-il acheter ? En ayant une vision à long terme, et en voyant au-delà du cycle bas qui peut commencer à s’initier, on peut penser que l’immobilier va continuer à être une classe d’actifs « sécurisante ».

Si vous parvenez à trouver le bon moment pour tout d’abord bien vendre et ensuite bien acheter, vous pouvez faire évoluer votre patrimoine. Il devient possible d’acheter plus grand, à un emplacement plus huppé, etc.

Et pour de l’investissement pur ? Le moment pour se lancer dans le locatif peut être tentant, mais la situation de ce marché est à suivre de manière fine. Des opportunités vont apparaître mais un risque de dispersion existe et peut déboussoler les primo-investisseurs.

En revanche, pour acheter sa résidence principale, le timing peut être intéressant.

  • Les taux des crédits immobiliers sont bas et devraient le rester encore pendant plusieurs mois notamment grâce au rempart que constituent les taux de l’usure (taux fixés par la Banque de France pour plusieurs durées de crédits, au-delà desquels un prêt ne peut pas être accordé).
  • À Paris comme en province, de nombreux biens devraient arriver sur le marché. Puisqu’il était impossible de vendre via une agence immobilière ou de particulier à particulier pendant le confinement, un afflux de nouveaux biens sur le marché est à attendre. Cela signifie pour vous plus de choix !
  • Selon plusieurs études qui s’intéressent aux intentions des vendeurs, ces derniers sont confiants dans l’aboutissement de leur projet de vente mais ont peur sur le niveau de prix. Une très large majorité de vendeurs se disent disposés à négocier avec les acheteurs potentiels. Pour vous, acheteur, cette réaction est synonyme d’un accès à la propriété à un tarif possiblement remisé.

Le confinement a donné à de nombreux Français de nouvelles envies en matière d’immobilier. Quitter Paris, acheter plus grand, habiter dans un logement différent… Des villes de province avec des prix au mètre carré bien plus doux qu’à Paris pourraient devenir des destinations prisées. Une chose est sûre, si vous avez envie d’immobilier, ne tergiversez pas. Le déconfinement va relancer le marché et créer un appel d’air dont vous pouvez bénéficier.

 

 

[1] https://media-exp1.licdn.com/dms/document/C561FAQEnoE2ePVrVNg/feedshare-document-pdf-analyzed/0?e=1588863600&v=beta&t=cSx4U0MXNyjs-xMXVgcMY9sjTCdndkqbcbCR_tQ931I

Profile picture for user Geoffroy Barre
Ecrit par
Le

Partager

Les articles qui pourraient vous intéresser

Emprunter en 2020
Faut-il se lancer et acheter malgré le climat immobilier incertain ? La réponse est « oui », mais à condition de bien négocier son emprunt ! Lorsque cela n’a pas été le cas, c’est un parcours du combattant qui attend les primo-accédants. Et le contexte actuel ne facilite pas les choses…
Marché immobilieret covid-19

Le confinement a mis une pause à la frénésie immobilière observée depuis plusieurs années. Avec un nombre de transactions gelé ou presque pendant deux mois, le marché s’est depuis relevé. Il a même connu un véritable rebond. Un phénomène passager avant un crack ou un dégonflement de la bulle ?

Trouvez le meilleur prêt